0680172314

Parcours artistique

Portrait de Félix Valdelièvre, sculpteur sur méta professionnel à Cases-de-Pêne

 

Ma sensibilisation à l'art a débuté très jeune pour avoir grandi au milieu d'artistes dans l'atelier de Lithographie Pousse-Caillou.

C'est après avoir suivi un cursus d'études scientifiques jusqu'au Bac que je décide d'intégrer une formation AFPA d'Installateur Thermique et Sanitaire en 1999.

Les premiers exercices que nous avons à effectuer au début de cette formation sont l’apprentissage de la soudure au chalumeau oxyacétylénique par fusion du fer, cette dernière me fascine immédiatement.

 


Objets design et mobilier

Je commence, pendant ma formation, à fabriquer de petites pièces en fer telles que des bougeoirs, des boites….Mon formateur d’alors, me voyant faire ces créations, me dit un jour : « Toi, tu finiras pas plombier ! » avec un petit sourire en coin….

Fort de mon diplôme, je parts en 2000 travailler en entreprise chez un oncle lui-même plombier à Villeneuve d’Ascq dans le Nord de la France.
C’est après avoir passé près d’une année dans la grisaille nordique, que je décide de retrouver le soleil du sud qui m’a vu grandir pour me lancer en autodidacte dans la sculpture sur métal en 2002.

Les bases acquises au cours de ma formation et mes envies de créations étant alors dans des aspirations de pièces de design « utilitaire », je commence à réaliser du mobilier en pièces uniques.

Plusieurs fauteuils verront le jour avec un attachement à ne jamais dénigrer le confort au profit de l’esthétique d’autant plus pour des œuvres en fer !

Canapé design  - une création originalle du sculpteur sur métal Félix Valdelièvre


Premières sculptures figuratives en métal : le Bestiaire

C’est en 2003 que je commence à travailler la tôle en volume et, ayant toujours été sensible à la nature et aux animaux, à mettre en forme une première petite sculpture, comme une bête à corne ne ressemblant à rien de connu.

C’est alors que démarre cette thématique des « Bestioles » dans laquelle je vais développer ma technique de mise en forme de tôle et d’assemblage par soudure afin de donner de plus en plus de mouvement à celles-ci. L’idée étant de jouer sur les contradictions que ces bestioles vont proposer au regardeur: de la légèreté en contradiction avec la lourdeur supposée de la matière dont elles sont faites, du mouvement en contradiction avec la rigidité suggérée par cette dernière, ou encore des « rondeurs » pour casser un peu l’image d’une matière souvent associée à des angles vifs et des surfaces planes...

Mon cheminement dans ce thème m’amène à produire toute sorte de bestioles imaginaires terrestres, aquatiques ou volantes dans un style volontairement minimaliste et jamais agressives.

 

Le bestiaire imaginaire de Félix Valdelièvre, début du parcours artistique du sculpteur.


Vers l'abstraction et les formes oblongues

C’est vers 2006 que mon besoin de renouvellement dans mon travail et le sentiment d’avoir fait le tour du thème du bestiaire m’amène à explorer le « non-figuratif ».


Je m’essaie donc à une sculpture qui serait une transition, un glissement du bestiaire vers quelque chose de plus « minéral » qui aurait des connotations de fossiles en jouant sur la palette de possibilités qu’offrent les métaux pour travailler sur des contrastes de matières.

En 2009 j’intègre une entreprise de ferronnerie, serrurerie à mi-temps, le but pour moi étant d’acquérir des techniques qui permettront de me faire évoluer dans mon art.

Après trois ans passés dans cette entreprise, j’en pars en 2012 pour me consacrer pleinement à la sculpture. Les techniques apprises et l’évolution de mes investigations dans la thématique nouvellement abordée, me font me fixer sur une forme, la forme oblongue qui sera le thème de ma recherche jusqu’à ce jour.

 

Sculpture inox microbillé réalisée en 2018 par le sculpteur sur métal Félix Valdelièvre


Vers la sculpture monumentale

L'évolution de mon travail et une envie de faire des sculptures monumentales m'incite à m'initier au travail de l'acier auto-patinable (souvent appelé acier corten) , dont la propriété est de créer une croûte d'oxydation qui le protège de la corrosion en milieu extérieur, ce qui lui donne une pérennité indispensable pour des sculptures qui resteront soumises aux éléments.....

Pour varier encore la palette de possibilités d'aspects de mes sculptures extérieures, je me suis équipé pour travailler l'acier inoxydable (inox), plus particulièrement l'inox 316L, ce qui me donne de nouvelles perspectives dans mes réalisations.

 

Photographie des Sculptures monumentales du sculpteur sur métal Félix Valdelievre, exposées au château de Lacoste entre décembre 2018 et Janvier

Catalogue de Félix Valdelièvre

Présentation des sculptures en métal de Félix Valdelièvre en format PDF.

A propos de Félix Valdelièvre

  • Dominique Coutelle

    Directeur artistique au Château de Bosc

    Au début l'artisan veut prouver qu'il sait faire, il adopte un style figuratif. Mais très vite l'imagination prend le pouvoir, et, la maîtrise parfaite de l'outil permettant toutes les audaces, l'artiste se révèle, et nous régale de purs joyaux d'équilibre et de technique, véritables pépites de sculpture.

    On sait que ces cocons que façonne Félix Valdelièvre représentent le stade intermédiaire du développement de la chrysalide qu'ils renferment, et on se plaît à imaginer les futurs papillons qui en sortiront, entraînant le sculpteur au sommet d'une carrière prometteuse.

    C'est la force du talent d'aller jouer jeune dans la cour des grands.

  • Thierry Grillet

    Thierry Grillet, écrivain, journaliste et photographe au journal L’Indépendant de Perpignan
    Sa sculpture ne s’est pas faite en un jour. D’autant plus que Valdelièvre fait dans le monumental. Pour cet Audois, né en 1979 à Roquefort-des-Corbières et qui a grandi dans un milieu artistique où son père pratiquait le noble et beau métier de lithographe, les odeurs d’encre, les frottements des pierres lithographiques l’on nourrit. Un bac scientifique plus tard, le besoin d’arrêter les études et de passer à une formation de plombier chauffagiste est apparu...
  • Romain Jalabert

    Animateur de la Maison des arts
    Bages d'Aude

    C'est en débutant une formation de plombier-chauffagiste que Félix Valdelièvre a - pour ainsi dire - croisé le fer pour la première fois, en 1999.

    Aussitôt séduit par l'art de faire fusionner la matière, il s'est lancé dans la sculpture en créant un bestiaire imaginaire très éclectique (terrestre, aquatique et volant). Jouant sur les différents contrastes qui s'offraient à lui, il s'est alors efforcé de donner du mouvement et de la légèreté à cette matière rigide et pesante qu'est pourtant le fer.

    Peu à peu, ressentant le besoin de se renouveler et d'explorer de nouvelles voies, mais puisant aussi dans son expérience et le bénéfice d'une certaine maturité, Félix Valdelièvre s'est orienté vers un travail non-figuratif, faisant naître ces volumes. A la recherche de formes organiques qui s'opposent à la matière qui les donne à voir, le sculpteur brouille les pistes, met de l'asymétrie dans la symétrie, du dénivelé dans les lignes droites, non sans reconnaître un goût certain pour la contradiction...

  • Alessandra Monachesi Ribeiro

    Psychanalyste
    Présidente de l’association 3C : Calce Culture Contemporaine

    Au commencement était la matière. Et la matière parut stable et pérenne à l’homme. Et l’homme vit alors qu’elle pouvait néanmoins changer d’état selon son désir. Et l’homme émerveillé découvrit la fusion.

    Artiste, Félix Valdelièvre entamera son parcours d’apprentissage de la soudure lors de sa formation de plombier chauffagiste, et ce sont ses ébats amoureux avec le métal qui vont le mener à la sculpture et à l’art contemporain.

    Jouer à Dieu face à la matière c’est maîtriser sa transformation, explorer ses possibilités et y découvrir un moyen d’expression pour quelque chose d’autre. Voici où l’artiste et la déité se retrouvent en tant que créateurs du monde. Un monde dans lequel créer implique contraindre les matériaux à assumer une forme spécifique contre laquelle ils peuvent résister. D’où l’affrontement, les ébats, le corps à corps entre l’artiste et la matière qui ne se laisse pas devenir œuvre à moins de pouvoir y laisser aussi sa marque d’inattendu.

  • Pierre Robinault

    Lithographe
    Directeur artistique aux Ateliers de la Maison du Roy, à Sigean

    Il se serait bien gardé de prendre cette affirmation au sérieux lorsqu’il y a quelques années, fort de sa fraîche formation aux techniques de chaudronnerie et sans intention particulière, il se prenait à jouer avec des chutes de métal, proposant des objets mêlant plaisir, curiosité technique, jeu esthétique avec ou sans finalité. Quelque part entre provocation et design avec queue ou sans tête, exprès… interpellant déjà notre regard.

    Jusqu’à ce que cette affaire le fasse lever le matin et relever la nuit pour finir un truc, en commencer un autre, essayer, laisser tomber ou pas, parce que ça vient ou pas, obtenant au final le consentement de la matière, le son juste.

    Suivant ce chemin, archéologue obstiné sur le chantier de son propre imaginaire, creusant, dépoussiérant, recollant les morceaux ; cherchant sans restriction, acceptant le doute, précisant le geste, la méthode, la réflexion, en quelques années à peine Félix Valdelièvre a extrait de ses multiples champs d’exploration quantité de belles pièces sincères et chargées de promesses.

    Il fallait bien s’attendre alors à ce que cette obstination joyeuse le conduise à porter à nos yeux des œuvres uniques de grande qualité.

    Aujourd’hui l’expérience offre au sculpteur Félix Valdelièvre plus d’exigence et de maîtrise, le résultat est d’autant plus heureux qu’il n’a rien lâché du plaisir, du jeu et de la recherche espiègle qui l’animent depuis sa première brasure. Le chantier ouvert est riche et vaste, gardons l’œil !

     
  • Simone Salgas

    Poète et romancière,
    auteur anticonformiste et avant-gardiste

    ÉCRIRE POUR FÉLIX
    MAÎTRE DE LA MATIÈRE
    ET MAÎTRE DE L'ESPACE

    Premiers regards.

    Il ressemble à ses sculptures. Ou vice versa. Grand, raciné comme les arbres vers le ciel. Harmonieux. Ses sculptures, je les ai découvertes au Somail, dans un printemps en attente de l'odeur rude des cyprès, celle enivrante des pins, un printemps vert de belle saison.

    Elles avaient la couleur rouillée. Je n'ai trouvé que ce mot. Rouillée. Peu poétique mais assez fascinant. La rouille parle d'éternité. Elles avaient la couleur qu'il avait décidé de leur donner. Elles s'imposaient, sobres, rassurantes pourtant, malgré un équilibre de fildefériste.

    Plus je tournais autour, plus mes yeux allaient et venaient, plus mes mains se retenaient de toucher, caresser, provoquer, plus se dévoilait une sorte de fragilité dans ce déséquilibre voulu, un abandon, pourquoi pas une attente, une demande qui émeut.

  • Rémy Soual

    Ecrivain

    FELIX VALDELIEVRE
    Déconstruction/reconstruction


    Sculpteur, Felix Valdelièvre travaille la matière pour donner dans un premier temps forme à un bestiaire, piafs et bestioles, déjà dans une recherche d'une épure, et non sans un brin d'humour.

    Explorant plus loin, plus ardemment, la quête d'une forme essentielle, ces volumes s'observent comme autant de variations, de déconstructions d'une pièce de forme oblongue qui constitue un élément clé de sa sculpture, conquis à force d'essais, d'expérimentations, pour rejoindre les formes géométriques de la sphère ou du cube. Un élément, comme on pourrait parler des éléments essentiels chers aux penseurs dits présocratiques, en axiome, en vérité première, retrouvée de ce qui pourrait bien être la poétique de sa démarche. Comme si derrière la vie des êtres, dont il a d'abord éclairée la faune amusée, se tramait la forme quintessenciée, sans cesse revisitée, déstructurée/restructurée, de cette vie intacte de l'être, dans un volume érigé en absolu au même titre que les figures géométriques.

    Alors être ? force ? objet ? élément ? Il fallait peut-être oser la sculpture monumentale, défi qu'a relevé l'artiste, pour entrevoir comment ce volume s'avère être un peu tout cela à la fois, dans les imposantes dimensions de sa déconstruction/reconstruction...

  • Jean-Marc Tilké

    Galeriste de la Maison du Chevalier à Carcassonne

    Félix Valdelièvre, tel un titan têtu forge le fer, l'organise dans l'espace par des distorsions harmonieuses, clin d'œil à Tatline, puis caresse le métal formé de ses patines veloutées.

0
0
0
s2smodern